mardi 13 février 2018

Parabole des porcs-épics

Dans le cadre des méditations que j'anime les mardis et jeudis, j'ai commencé à lire des textes en guise d'introduction.

Le premier que j'ai lu m'est venu d'un podcast de Tara Brach (que j'écoute surtout quand je fais de l'insomnie).

Voici le texte en anglais, qui semble inspiré par un texte d'Arnold Shopenhauer, mais un peu pimpé.

LESSONS TO LEARN FROM PORCUPINES
It was the coldest winter ever – so cold that many animals froze to death.
In an effort to save themselves from this icy fate, the porcupines decided to gather together to fend off the chill. 
They huddled close to each other, covered and protected from the elements, and warmed by their collective body heat.
But their prickly quills proved to be a bit of a problem in close proximity – they poked and stabbed each other, wounding their closest companions. 
The warmth was wonderful, but the mutual needling became increasingly uncomfortable. Eventually, they began to distance themselves one from the other, scattering in the forest only to end up alone and frozen. Many died. 
It soon became clear that they would have to choose between solitary deaths in the frigid wilderness and the discomfort of being needled by their companions’ quills when they banded together. 
Wisely, they decided to return to the huddle. They learned to live with the little wounds caused by the close relationship with their fellows, in order to benefit from the collective heat they generated as a group. In this way they were able to survive.  
Possible morals of the story: 
We all hurt each other from time to time, it’s an inevitable part of being in relationship and community. But in the end we’re often better off together than we might be apart. 
Learning to accept each other’s imperfections can be a successful survival strategy. 
People are not perfect. Accepting and living with our own imperfections as well as those of others, is one of the greatest gifts we can give ourselves and those close to us. 
A little needling can be a good thing. 
Learn to live with the pricks in your life – they may be serving some higher purpose :)

Et le texte de Shopenhauer:

Par une froide journée d’hiver un troupeau de porcs-épics s’était mis en groupe serré pour se garantir mutuellement contre la gelée par leur propre chaleur. Mais tout aussitôt ils ressentirent les atteintes de leurs piquants, ce qui les fit s’écarter les uns des autres. Quand le besoin de se réchauffer les eut rapprochés de nouveau, le même inconvénient se renouvela, de sorte qu’ils étaient ballottés de çà et de là entre les deux maux jusqu’à ce qu’ils eussent fini par trouver une distance moyenne qui leur rendît la situation supportable. Ainsi, le besoin de société, né du vide et de la monotonie de leur vie intérieure, pousse les hommes les uns vers les autres ; mais leurs nombreuses manières d’être antipathiques et leurs insupportables défauts les dispersent de nouveau.  La distance moyenne qu’ils finissent par découvrir et à laquelle la vie en commun devient possible, c’est la politesse et les belles manières. En Angleterre on crie à celui qui ne se tient pas à cette distance : Keep your distance! Par ce moyen le besoin de se réchauffer n’est, à la vérité, satisfait qu’à moitié, mais, en revanche, on ne ressent pas la blessure des piquants. Cependant celui qui possède assez de chaleur intérieure propre préfère rester en dehors de la société pour ne pas éprouver de désagréments, ni en causer.
(Arthur Shopenhauer §396, Parerga et Paralipomena).

mardi 6 décembre 2016

Proverbe du jour

Proverbe chinois partagé par l'ami Vincent:

Keep a green tree in your heart and a singing bird may come.

mardi 27 octobre 2015

Tara Brach

En fin de semaine, j'ai commencé à découvrir des podcasts, chose que je n'avais pas faite depuis des lustres. C'est ainsi que j'ai découvert le podcast de Tara Brach (catégorie bouddhisme dans iTunes). J'aime beaucoup son ton, son humour, ses paraboles et sa simplicité.


Si vous aimez la méthode Sedona, vous aimerez Tara Brach.

Son site: http://www.tarabrach.com/

Son podcast: https://itunes.apple.com/us/podcast/tara-brach/id265264862?mt=2

lundi 26 octobre 2015

Dhamma Brothers

Au travail, j'ai rencontré un collègue méditant qui m'a parlé du film Dhamma Brothers. C'est un documentaire qui traite d'une expérience de Vipassana dans une prison de l'Alabama. Très touchant de voir ces prisonniers entrer en eux-mêmes:

lundi 27 avril 2015

On peut tout accueillir

On m'a initié à Darpan il y a un an et demi. Je n'y comprenais rien. Depuis que j'ai compris qu'on peut tout accueillir ou, comme j'aime le dire: accept every fucken thing, ça va mieux.

Gardez ça en tête avant de regarder cette vidéo quelque peu surprenante:


lundi 20 avril 2015

The Long Marriage of Mindfulness and Money

Un ami m'a envoyé cet article du Newyorker qui tisse les liens historiques entre l'Amérique des gens d'affaires et le populaire mouvement de la plein conscience (mindfulness).

Extrait:

Those who are bringing meditation to the American business world often hope that the practice will help workers tune into something a little more transcendent, which itself has become a cause for concern. In a recent Harvard Business Review piece, the executive coach David Brendel wrote, “Mindfulness is close to taking on cult status in the business world. But as with any rapidly growing movement—regardless of its potential benefits—there is good reason here for caution.” Brendel’s fear is that meditation might make executives too mellow and compassionate; he described one client who asked for assurance that she could embrace Buddhist meditation and still fire people. Brendel expressed hope that “mindfulness culture” will remain focussed on “optimizing work performance,” so that people can achieve “genuine happiness and fulfillment.”

L'article est ici.